Cabinet de Traumatologie et Médecine du Sport à Pau (64) – Dr Marc BOUVARD

Catégories Derniers articles Abonnement

Visco-supplémentation

INFORMATION AVANT UNE INJECTION D’ACIDE HYALURONIQUE
(visco-supplémentation)

L’un de nous vous a proposé une série d’injections d’acide hyaluronique dans l’articulation qui vous gêne. Elle sera pratiquée avec votre consentement. Vous avez la liberté de l’accepter ou de la refuser. Une information vous est fournie sur le déroulement de l’intervention et de ses suites. Votre médecin  est qualifié pour juger de l’utilité de cette intervention pour répondre au problème thérapeutique qui se pose. Il se peut que cette injection ne donne pas les réponses attendues.

De quoi s’agit-il ?

Une infiltration d’acide hyaluronique consiste à injecter un produit visqueux pouvant donner à votre articulation une souplesse, une diminution des frottements dont la conséquence attendue sera de diminuer les douleurs.

Vous avez une Lésion du Cartilage douloureuse ou une Arthrose

L’arthrose est une maladie du cartilage qui recouvre les deux extrémités d’un os déterminant une articulation. Cette maladie peut être primitive lorsqu’on ne retrouve pas de cause (plusieurs articulations seront alors touchées) ou secondaire à un traumatisme, un  surmenage de l’articulation, une malformation. Cette maladie augmente avec l’âge. Cette maladie se caractérise par la dégradation du cartilage, dont l’épaisseur va diminuer ; cette diminution est visible sur les clichés radiographiques. Cette diminution du cartilage entraîne une augmentation des résistances et des frottements, d’où la production de liquide synovial par l’articulation pour la lubrifier. Mais ce liquide n’est pas de qualité suffisante pour assurer une bonne lubrification. De plus, il devient rapidement délétère pour l’articulation dont la dégradation s’aggrave. (C’est pour cette raison que votre médecin vous a proposé ce type d’infiltration. En revanche, ce qui est bon pour vous ne l’est pas forcément pour les autres).

Conseil avant l’utilisation

Venez de préférence accompagné. Il ne faut pas être à jeun.

Pour être à l’aise, il faut aller aux toilettes avant l’infiltration.

Le déroulement de l’examen

Une à trois injections sont nécessaires. Les injections sont espacées de 8 à 30 jours en fonction du type d’articulation. Ce traitement sera à renouveler une à deux fois par an en moyenne.

En cas d’épanchement liquidien important dans l’articulation lésée, il pourra être nécessaire d’effectuer et une infiltration de corticoïdes plusieurs jours avant l’injection d’acide hyaluronique une ponction  afin d’assécher votre articulation.

Cette infiltration sera réalisée lors d’une consultation. Vous serez allongé(e) sur la table d’examen, dans la plupart des cas. Un protocole d’antisepsie rigoureuse sera systématiquement utilisé. L’aiguille est introduite en regard ou à distance de la zone douloureuse en fonction de l’effet recherché. Ensuite, le médecin tente de retirer du liquide (ponction). L’injection d’acide hyaluronique (infiltration) aura lieu dans un second temps précédée si besoin d’une anesthésie locale. L’aiguille est ensuite retirée. Le point de ponction est comprimé pendant quelques secondes. Un pansement sec est mis en place et sera maintenu pendant 24 heures.

Puis l’articulation sera mobilisée doucement afin que le liquide injecté diffuse vers la zone abîmée.

Il faut compter environ 15 à 20 minutes pour la réalisation de ce geste.

Vécu des patients lors de cette infiltration

Dans la grande majorité des cas, ce geste simple est bien vécu, la pénétration de l’aiguille dans la peau peut être douloureuse.

Précautions :

Avant les gestes

Il est important de signaler au médecin toute fièvre, toute infection quelconque, toute lésion cutanée (plaie en particulier), toute prise d’aspirine et/ou d’anti-coagulant dans les jours précédant l’examen, toute allergie à l’iode. Il est important de nous signaler si vous :

  • avez une maladie du sang, des saignements fréquents ou prolongés  (du nez par exemple
  • prenez un traitement fluidifiant le sang (anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire type Aspirine, Asasantine, Kardégic, Persantine, Plavix, Préviscan, Sintrom, Solupsan, Ticlid …), ou tout simplement de l’Aspirine contre le mal de tête.
  • êtes enceinte
  • êtes allergique à certains médicaments et notamment les anesthésiques locaux

Après l’infiltration

Le repos de l’articulation est essentiel ; l’efficacité du traitement en dépend en partie

  • le jour même et si possible le lendemain : reposez-vous, évitez de marcher.
  • si vous disposez de cannes anglaises, utilisez-les pour soulager l’appui du côté de votre genou injecté
  • garder votre genou au repos en flexion à 30° aussi souvent que possible.

Les manœuvres de force, les gestes répétitifs dans la vie professionnelle ainsi que les gestes sportifs devront être stoppés au moins 48 heures. Ensuite, une activité physique douce est conseillée entre chaque injection (type vélo loisir). L’effet ne se manifestera  qu’après quelques jours ou quelques semaines. En fonction de votre activité professionnelle, l’infiltration nécessitera peut-être un arrêt momentané de votre travail.

Réactions possibles

Elles sont rares.

La plus fréquente : une douleur au point d’injection

  • appliquez de la glace (vessie de glace : glace et eau dans une poche hermétique) pendant 10 minutes, 4 fois par jour
  • au besoin prenez du paracétamol, selon la prescription de votre médecin.

Moins fréquente, une réaction inflammatoire du genou : gonflement et/ou douleur

  • associez glaçage et traitement anti-douleur

Rare : genou gonflé qui apparaît 24 à 48 heures après l’injection

  • prenez contact avec votre médecin

Une infection, bien que très rare, reste une complication possible, même si toutes les précautions seront prises. D’après des études récentes, dans les conditions de réalisation en cabinet, leur incidence est de l’ordre de 1 infection pour 71000 infiltrations. Elles surviennent dans les 48 à 72 heures. En cas de fièvre ou de douleur importante dans les jours suivant l’infiltration (possibles  signes d’infection), il est important de contacter immédiatement votre médecin.

Prise en charge

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie ne rembourse pas ce traitement que nous vous proposons. Pour plus d’information, nous vous conseillons vivement d’interroger le service médical de l’organisme couvrant votre assurance maladie concernant la prise en charge de ce traitement.

Nous espérons que vous comprenez mieux ce qu’est une visco-supplémentation et que ces explications vous seront profitables. Malgré cela, il est possible que vous vous posiez d’autres questions non abordées : n’hésitez pas pendant la consultation à nous interroger pour tout renseignement complémentaire

Télécharger ce document

Docteur Marc BOUVARD